Visions contrastées : Benjamin Koppel, du Requiem à la Célébration

Sylvain

Le saxophoniste et compositeur Benjamin Koppel a récemment sorti deux albums contrastés mais tout aussi convaincants qui mettent en valeur sa remarquable polyvalence et sa vision artistique. Avec « Story Of Mankind – A Requiem », Koppel a créé une grande œuvre d’ensemble profonde et stimulante qui sert de méditation poignante sur la condition humaine à travers différentes époques et cultures. Inspiré par les photographies obsédantes de Jan Grarup capturant la dévastation de la guerre en Ukraine, ce requiem ambitieux transcende les frontières en mélangeant harmonieusement des éléments de traditions jazz, classique, pop, R&B et folk dans une riche tapisserie sonore.

À l'opposé, l'autre album récent de Koppel, « Time Again », est une exploration joyeuse et festive de l'esprit intemporel du jazz. Mettant en vedette un trio stellaire avec son père Anders Koppel à l'orgue Hammond B3 et le virtuose Brian Blade à la batterie, cet album est une classe de maître en interaction dynamique et en prouesses d'improvisation. S'inspirant de diverses sources à travers l'histoire de la musique, le trio emmène les auditeurs dans un voyage de mélange de genres qui touche à la fois le cœur et les pieds, insufflant une nouvelle vie au format classique du trio d'orgue.

Dans cette revue, je plonge dans les profondeurs de « Story Of Mankind – A Requiem », puis j’explore l’esprit festif de « Time Again ». À travers ces deux sorties distinctes mais tout aussi captivantes, Koppel consolide sa position comme l’une des voix les plus innovantes et défiant les genres actuellement sur la scène.

Méditation sur la condition humaine : « Histoire de l’humanité – Un Requiem »

L'ambitieuse grande œuvre de Benjamin Koppel, « Story Of Mankind – A Requiem », est une exploration poignante et stimulante de l'expérience humaine à travers différentes époques et cultures. Inspiré par les photographies obsédantes de Jan Grarup, qui capturent la dévastation de la guerre en Ukraine, Koppel a conçu un requiem qui transcende les frontières et parle des tragédies et des triomphes partagés de l'humanité.

La pièce s'inspire d'un large éventail d'influences musicales, mélangeant harmonieusement des éléments de traditions jazz, classique, pop, R&B et folk. La polyvalence de Koppel en tant que compositeur transparaît, alors qu'il tisse habilement des genres disparates en une tapisserie sonore cohérente et significative. Des ballades introspectives qui évoquent un sentiment de mélancolie et de perte aux passages énergiques et rock qui célèbrent la résilience de l'esprit humain, l'œuvre témoigne de la vision artistique de Koppel et de sa capacité à synthétiser des émotions complexes dans un récit musical captivant.

L'incorporation par Koppel de poésie de Guillaume Apollinaire, Tomas « TT » Krag et Morten Søndergaard ajoute une puissante couche de profondeur et de sens à l'œuvre. Les paroles de ces poètes estimés résonnent d’un sentiment de surréalisme et d’absurdité, reflétant les horribles réalités de la guerre et la nature cyclique des conflits humains. L'interprétation musicale de ces textes par Koppel est à la fois obsédante et cathartique, invitant les auditeurs à affronter les aspects les plus sombres de notre histoire commune tout en offrant une lueur d'espoir pour un avenir plus paisible.

Les performances de l'ensemble sont tout simplement exceptionnelles, chaque musicien apportant sa voix unique à l'ensemble collectif. Le travail du saxophone de Koppel est particulièrement remarquable, son ton riche et émotif, capable de transmettre un large éventail d'émotions avec des nuances et une profondeur remarquables. L'interaction entre les différents instruments est fluide, créant un sentiment d'unité et de cohésion qui dissimule la complexité de l'œuvre.

Dans l’ensemble, « Story Of Mankind » est une œuvre puissante et stimulante qui met les auditeurs au défi de se confronter aux dures réalités de l’existence humaine tout en célébrant l’esprit durable d’espoir et de résilience. La capacité de Koppel à mélanger diverses influences musicales et à incorporer des éléments multimédias comme la photographie et la poésie élève l'œuvre à un niveau d'expression artistique qui transcende les frontières des genres et s'adresse à l'expérience humaine universelle.

Une célébration de la tradition : « Time Again »

En contraste frappant avec le ton sombre et introspectif de « Story Of Mankind », le dernier album de Benjamin Koppel, « Time Again », est une exploration joyeuse et festive de l'esprit intemporel du jazz. Avec un trio stellaire composé de Koppel au saxophone alto, de son père Anders Koppel à l'orgue Hammond B3 et du virtuose Brian Blade à la batterie, l'album est une masterclass d'interaction dynamique et de prouesses d'improvisation.

Dès les notes d'ouverture, il ressort clairement qu'il s'agit d'une collaboration entre trois musiciens opérant au plus haut niveau de leur métier. Le format classique du trio d'orgue sert de base, mais entre les mains de ces innovateurs, il devient une rampe de lancement pour un voyage qui touche à la fois le cœur et les pieds. Les lignes lyriques du saxophone de Koppel survolent les articulations bouillonnantes de l'orgue d'Anders, tandis que la batterie explosive et polyrythmique de Blade propulse les grooves vers l'avant avec des surprises captivantes.

L'album s'inspire de diverses sources à travers l'histoire de la musique, mélangeant des éléments du jazz, du classique et d'autres genres dans un tout cohérent et défiant les genres. Les compositions, écrites par Benjamin et Anders Koppel, ainsi que la contribution du célèbre pianiste Kenny Werner, sont complexes et nuancées, offrant au trio de nombreuses occasions de mettre en valeur leurs talents d'improvisation.

Ce qui distingue vraiment « Time Again », cependant, c’est la chimie palpable entre les trois musiciens. En tant que duo père-fils, Benjamin et Anders Koppel apportent aux enregistrements une connexion musicale profonde et un rapport artistique permanent. Leur capacité à mélanger harmonieusement des genres comme le jazz, le classique et le rock découle de leur lignée musicale commune et de leur ouverture à l’expérimentation. L'ajout de Blade au mix élève la chimie du trio vers de nouveaux sommets, sa batterie fournissant une force de propulsion qui complète parfaitement les fortes compétences d'improvisation des Koppels.

Tout au long de l'album, le trio navigue sans effort entre ballades introspectives et brûleurs d'énergie, exécutant des compositions complexes avec grâce et spontanéité. Leur capacité à changer de vitesse en un rien de temps, passant de passages mélodiques délicats à des excursions d'improvisation explosives, témoigne de leur talent artistique individuel et de leur synergie collective.

En fin de compte, « Time Again » est une célébration du pouvoir durable du jazz à émouvoir à la fois l’esprit et le corps. En combinant leurs parcours divers, leurs sensibilités musicales et leurs prouesses en improvisation, Benjamin Koppel, Brian Blade et Anders Koppel ont créé un album qui transcende les frontières et offre une nouvelle vision du format classique du trio d'orgue. Il s'agit d'une expérience d'écoute captivante et mêlant les genres qui invite le public à se détendre ou à se détendre grâce à la puissance de leurs performances.

Dernières pensées

« Story Of Mankind – A Requiem » et « Time Again » mettent en valeur le talent artistique remarquable de Benjamin Koppel et sa capacité à transcender les frontières des genres. Le premier est une profonde méditation sur la condition humaine, un requiem poignant qui confronte les dures réalités de la guerre et des conflits tout en célébrant l’esprit durable d’espoir et de résilience. Grâce à son mélange harmonieux de diverses influences musicales et à l'incorporation d'éléments multimédias comme la photographie et la poésie, Koppel a créé une œuvre qui parle de l'expérience humaine universelle à travers différentes époques et cultures.

D’un autre côté, « Time Again » est une joyeuse célébration de l’esprit intemporel du jazz, une collaboration dynamique qui insuffle une nouvelle vie au format classique du trio d’orgue. L'alchimie palpable entre Koppel, son père Anders et le virtuose Brian Blade donne lieu à une expérience d'écoute captivante et mêlant les genres qui invite le public à se détendre ou à se détendre grâce à la puissance de leurs performances. Ensemble, ces deux albums contrastés mais tout aussi convaincants solidifient la position de Benjamin Koppel comme l'une des voix les plus innovantes et défiant les genres de la musique contemporaine, un véritable maître de son métier qui continue de repousser les limites de l'expression artistique.

L'HISTOIRE DE L'HUMANITÉ.

S'aligner:

Benjamin Koppel, saxophone alto, vibraphone additionnel, gongs et percussions | Randy Brecker, trompette | Frederikke Vedel, chant | Henrik Dam Thomsen, violoncelle | Søren Møller, clés | Johnny Aman, contrebasse | Ferenc Nemeth, batterie et percussions.

Liste des pistes :
CD1: 1. VOUS QUI NOUS ENTENDEZ MAINTENANT | 2. Après coup, je suis à vi tilfældigvis er født | 3. JE NE CROIS PAS | 4. Afterthought II et les lignes directrices | 5. ABSURDE | 6. Afterthought III en utilisation et en pratique | 7. RÉPÉTITION DE MOURIR (5:23) | 8. Après réflexion IV det eneste vi ved | 9. CIVILISATION | 10. Après réflexion V det som er inde i mig | 11. TOC TOC LA DAME.

CD2 : 13. NOUX DIMES ADIEU | 14. Afterthought VII alle disse menneskers angoisse | 15. DONC JE SUIS | 16. Afterthought VIII et skrig af lykke, vi er udelukket fra | 17. EXERCICE | 18. Après réflexion IX vi skal vågne | 19. BLEUET | 20. Après réflexion X hver dag må vi sige verden igen | 21. NUIT DOUCE NUIT | 22. Après réflexion XI kun sangen bliver tilbage | 23. L'HISTOIRE DE L'HOMME.

Date de sortie : 17 mai 2024
Format : CD | Streaming
Label : Cowbell Records

ENCORE TEMPS

S'aligner:

Benjamin Koppel, saxophone alto | Anders Koppel, Orgue Hammond B3 | Brian Blade, batterie

Liste des pistes :

1. Rumble portoricain 2. Si tu m'oublies | 3. Mavis | 4. Le bazar revisité | 5. Time Again (Feat. Al Agami) | 6. Chute de la grâce | 7. J'aurais dû mettre une bague dessus | 8. Homme aveugle.

Date de sortie : 26 mai 2024
Format : CD | Streaming
Label : Cowbell Records

Rencontrez Sylvain, l'âme derrière Version Standard.

En tant que fondateur et éditeur en chef, Sylvain inspire et guide l'équipe avec une passion indéfectible pour le jazz. Ses contributions reflètent une vision claire et déterminée pour un média qui encourage l'appréciation, la découverte, et le respect des traditions du jazz. Sa connaissance profonde du genre et son dévouement à la culture du jazz l'ont amené à créer Version Standard en 2020, combler une lacune dans le paysage numérique et offrir aux amateurs du jazz une plateforme inclusive et exhaustive.