Keyon Harrold, En petite mission pour la paix

Sylvain

Keyon Harrold a attiré l'attention de la scène jazz grâce à son apparition dans le biopic de Miles Davis « Miles Ahead » (2015) réalisé par et avec Don Cheadle. Harrold joue de la trompette sur la bande originale primée aux Grammy Awards, tandis que son jeu est mimé par Cheadle dans les parties du concert live.

Le film se concentre sur le chapitre le plus sombre de la vie de Miles, du milieu à la fin des années 1970, alors que Miles était paranoïaque et accro à la cocaïne, seul pour la plupart alors qu'il était confiné dans son luxueux appartement à New York. Chaque fois qu'il sort de l'appartement, il cherche principalement à marquer ou à éviter les balles.

Keyon avait déjà fait ses débuts en tant que leader avec « Introducing Keyon Harrold » en 2009 (Criss Cross), mais son prochain enregistrement en tant que leader, « The Mugician » (2017) sur Legacy, n'est sorti qu'après ce film.
Ses débuts sont purement bebop ou post-bop, et celui-ci à lui seul aurait pu suffire à le considérer pour interpréter les chansons de Miles pour « Miles Ahead ». « The Mugician » s'oriente vers des collaborations avec des rappeurs et des chanteurs R&B pour un jazz plus funky plus contemporain, et avec un ton beaucoup plus sombre dans l'ensemble.

Pendant ce temps, le nouvel album de Keyon Harrold, « Foreverland » (2024), est plus influencé par Stevie Wonder (époque « Songs in the Key of Life »), Eryka Badu, le R&B contemporain et le rap, avec un accent de jazz plus facile à écouter. Il y a toujours une collaboration avec des rappeurs de renom tels que Common, mais il est associé au chanteur Jean Baylor sur « Peace of Mind », l'un des moments forts de l'album.

Avec ce morceau, ou sur « Peace Beyond » et l'instrumental remarquable « Well Walk Now (Perseverance) », Keyon est peut-être aux prises avec un drame personnel ou un événement traumatisant dans sa propre vie, survenu il y a quelques années, et cela a amené une autre sorte d’attention nationale à son égard, au-delà du monde du jazz.

Le lendemain de Noël 2020, le fils de Harrold, âgé de 14 ans, a été faussement accusé d'avoir volé le téléphone portable d'une femme à l'hôtel Arlo SoHo à New York. Une soi-disant « Karen », Miya Ponsetto, 22 ans, qui avait accusé son fils, a ensuite récupéré son iPhone « volé » auprès d'un chauffeur de taxi, car elle l'avait laissé dans sa voiture. Harrold a gagné une plainte pour harcèlement contre Ponsetto, pour avoir agressé son fils pendant toute la parodie, qui a été enregistrée et devenue virale, montrant le comportement scandaleux de cette femme.

Cet événement malheureux pourrait être comparé à un épisode similaire tiré de la vie de Miles Davis, lorsque le 25 août 1959, il fut battu par la police de New York (puis arrêté) simplement parce qu'il se tenait sur le trottoir à l'extérieur de Birdland, où il était non seulement performant, mais en tête d'affiche avec son groupe. Le groupe faisait une pause et Miles était sorti du club avec une jeune femme blanche pour fumer une cigarette ensemble. Lorsque la police a ordonné à Miles de « s’éloigner » de la devanture du club, Miles a naturellement pris ombrage. Alors un policier blanc a répondu en frappant Miles à la tête avec une matraque.

Cet incident, qui s'est produit au cours de l'un des sommets de la carrière musicale de Miles, a également été considéré plus tard comme l'une des raisons de l'effondrement ultérieur de sa carrière (à cause de la toxicomanie et de l'amertume ou de la colère en général). Dans le cas de Keyon Harrold, puisque l'humiliation publique de son fils pourrait être comparable à l'incident de Miles, Harrold ne montre aucun signe de retour à un comportement autodestructeur ; au lieu de cela, il recherche la paix.

Pour sa prochaine tournée en Europe, le trompettiste Keyon Harrold sera rejoint par Nir Felder à la guitare, Cedrick Mitchell au piano, Burniss Earl Travis II à la basse et Charles Haynes à la batterie.

Mercredi 6 mars – New Morning, Paris, France
Mercredi 13 mars – Cabaret des Péchés, Jazz Fest Brno, République Tchèque
Jeudi 14 mars—Jazz Dock, Prague, République tchèque
Samedi 16 mars – Fasching, Stockholm Suède

Tony Ozuna est directeur artistique et maître de conférences à l'École de journalisme, des médias et des arts visuels de l'Université anglo-américaine de Prague.

Image d'en-tête en vedette © Carl Hyde Photography

Rencontrez Sylvain, l'âme derrière Version Standard.

En tant que fondateur et éditeur en chef, Sylvain inspire et guide l'équipe avec une passion indéfectible pour le jazz. Ses contributions reflètent une vision claire et déterminée pour un média qui encourage l'appréciation, la découverte, et le respect des traditions du jazz. Sa connaissance profonde du genre et son dévouement à la culture du jazz l'ont amené à créer Version Standard en 2020, combler une lacune dans le paysage numérique et offrir aux amateurs du jazz une plateforme inclusive et exhaustive.