Danilo Perez – Un ambassadeur du jazz latino-américain

Sylvain

Parmi les conseils les plus significatifs de Danilo Perez sont venus de l'extraordinaire trompettiste de jazz emblématique Dizzy Gillespie, lorsque Dizzy a demandé à Danilo d'en apprendre davantage sur son héritage panaméen, plus qu'il ne le savait déjà, et qu'il était important pour le jazz, que Danilo se rapproche de ces ses racines folk et en apprendre davantage sur ces choses pour développer son propre son unique en tant que musicien de jazz.

Dizzy l'avait dit à Danilo Perez lorsque Danilo faisait partie de l'Orchestre des Nations Unies de Gillespie, après avoir rejoint le groupe en 1989. Avec cette nomination dans l'orchestre, Danilo Perez était également le plus jeune membre du groupe. Perez a été membre de l'orchestre jusqu'en 1992, date du décès de Gillespie.

Dizzy Gillespie est surtout connu comme un innovateur du bebop du milieu des années 1940 aux côtés de Charlie Parker, Thelonious Monk, Bud Powell, entre autres, et plus tard avec Miles Davis. Mais en 1947, Dizzy co-écrit également les standards de jazz latino « Manteca » et « Tin Tin Deo » avec le conguero cubain Chano Pozo, deux références du jazz afro-cubain. Cette attirance pour les rythmes afro-cubains ou latino-américains était donc la clé du son de Dizzy, dont le surnom devint plus tard « l'ambassadeur du jazz ».

Le pianiste, compositeur, pédagogue et militant social Danilo Perez (né en 1965 au Panama) a commencé à étudier la musique classique européenne à l'âge de dix ans, mais il semble avoir pris à cœur les conseils de son mentor Dizzy Gillespie pour sa propre carrière. en tant que leader du jazz depuis 1992 jusqu'à aujourd'hui.

Parmi ses enregistrements de jazz latino les plus remarqués, on trouve « PanaMonk » (1996), un mélange astucieux de Monk avec une touche latine aux standards ou aux compositions de Monk ; puis encore plus ambitieux sont « Motherland » (2000), « Panama Suite » (2006) et « Panama 500 » (2014), mêlant racines africaines, afro-cubano, folk panaméen et jazz pur (chacun enregistré avec des dizaines de musiciens). des Amériques). Désormais musicien basé à New York, Perez a également enregistré des enregistrements de jazz plus directs, mais avec des tendances expérimentales, dans un trio avec le bassiste John Patitucci et le batteur Brian Blade sous le nom de « Children of the Light ».

Patitucci (né à Brooklyn, New York, 1959) a participé à de nombreux enregistrements de Perez, notamment avec des orchestres latino-américains et en trio ou quatuor. Leur premier enregistrement en quatuor (avec un chanteur) a lieu sur « Central Avenue » de Perez (1996). Avant cela, du milieu des années 80 au milieu des années 90, Patitucci a joué avec Chick Corea dans des groupes remarquables : l'Elektric Band, l'Akoustic Band et un quatuor.

Pour la tournée européenne de Perez en trio, il a Patitucci à la basse et Adam Cruz à la batterie. Cruz (né à New York avec un héritage portoricain) ajoute une touche un peu plus latino-jazz à cette unité de jazz moderne colorée.

Les concerts européens du mois de mars sont répertoriés ci-dessous.

Jeudi 14 mars — Victoria Nasional Jazzscene, Oslo, Norvège
Vendredi 15 mars – Fasching, Stockholm Suède
16-17 mars, samedi et dimanche – G Livelab, Helsinki, Finlande
Mardi 19 mars – Ronnie Scotts, Londres, Royaume-Uni
Mercredi 20 mars – Bimhuis, Amsterdam, Hollande
Jeudi 21 mars – Teatro Donizetti, Bergame, Italie
Vendredi 22 mars – Biella Jazz Club, Italie
Samedi 23 mars – Volkhaus, Bâle, Suisse
Lundi 24 mars – Nouvel Hôtel de Ville, Prague, République Tchèque
Mardi 26 mars – CCB, Lisbonne, Portugal
Mercredi 27 mars – Auditorio de Espinho Academia, Portugal

Tony Ozuna est directeur artistique et maître de conférences à l'École de journalisme, des médias et des arts visuels de l'Université anglo-américaine de Prague.

Rencontrez Sylvain, l'âme derrière Version Standard.

En tant que fondateur et éditeur en chef, Sylvain inspire et guide l'équipe avec une passion indéfectible pour le jazz. Ses contributions reflètent une vision claire et déterminée pour un média qui encourage l'appréciation, la découverte, et le respect des traditions du jazz. Sa connaissance profonde du genre et son dévouement à la culture du jazz l'ont amené à créer Version Standard en 2020, combler une lacune dans le paysage numérique et offrir aux amateurs du jazz une plateforme inclusive et exhaustive.